Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > A la manière de Kerouac > Kerouac / acte 12

Kerouac / acte 12

vendredi 16 juin 2006, par Claude Cordier

Dans la fixité de la transe à rêver de l’objet devant toi

Le château non le lac en dessous et le jardin surtout le jardin autour et le ciel surtout le ciel au dessus et les tours du château de rêve – rêve insidieux qui se faufile dans ma mémoire d’un château où j’étais perdue et où je trouvais sous les toits une machine à écrire les rêves que j’utilisais à plein tout en ayant peur des répercussions de batteries qui me fendraient le crâne

Puis je vois Indriss non IIIdriss non 2 driss – je ne connais pas le Driss – mais si c’est le robeu (le correcteur me propose Robot ceci est en aparté du fulgures mais à se souvenir) du coin fermé à pas d’heure – heure de capter les regards qui portent des plumes – des indiens d’Amérique que j’aime et salue 2 fois

Puis je Mire se confond avec Vejer de la Frontera - rien y comprendre – parle pas espagnol - moi savoir mirer / miradorer – mirendoffer – mire en sous sol – mirenoublier /

Plus d’images que des mots images : MAG –minimum-argumentaire –générationnel Ou maigre – assassin – gratuit

Je prends 5 sur 5 option limite, le maître priseur frappe de son marteau le crâne du type qui se mire en son miroir trompeur – son T shirt est mouillé comme la fille à la jupe blanc tilleul et la nuit –si elle fut – s’écourta au 16/06/06

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette