Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Nouvelles de Claude Cordier > Le rétenteur

Le rétenteur

vendredi 11 novembre 2005, par Claude Cordier


Il avait décidé de tout garder en lui, de ne rien laisser perdre. Il avait commencé par ne plus jamais pleurer, ni se moucher, puis cessation de la parole, du murmure, des geignements. Il écoutait, mais ne répondait plus. Il mangeait, buvait encore un tout petit peu, pour durer plus longtemps. Au début il avait décidé de ne plus déféquer. Rien ne devait sortir du trou. Il entraînait ses sphincters et obtint le résultat escompté. Tout restait dans la tuyauterie, durcissait, bouchait. D’après ses calculs, la longueur des intestins lui permettrait de tenir pas mal de jours. Par contre, ne pas pouvoir uriner était très douloureux. Il y parvint en ne buvant plus. Puis il cessa totalement d’absorber des aliments solides, progressivement, cela ne le priva pas, il n’avait plus faim, occupé par son mal aux tripes incessant. Tordu de douleur, sur le tapis du salon, on le trouva mort, fidèle jusqu’au bout à sa décision. Je n’en dirai pas de même de certaines personnes incapable de la moindre volonté.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette