Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > L’art de rêver > Rêver 4 le virtuel

Rêver 4 le virtuel

vendredi 16 avril 2004, par Claude Cordier

16/04/2004

Où l’on peut espérer que nos enfants grands amateurs de jeux virtuels seront de bons rêveurs et ne passeront pas aux actes.


L’art de se sortir d’un mauvais pas ou d’en continuer un meilleur. Plus vous avancerez dans la mémorisation du contenu de vos songes, mieux vous excellerez en son contrôle car dès que l’obstacle infranchissable subviendra vous réfléchirez, en vieux baroudeur du rêve et pourrez comparer avec une situation identique précédente. Ainsi vous ne recommencerez pas deux fois les mêmes erreurs. Cette option apparaît automatiquement sous forme de choix (le rêveur juvénile subit), s’orienter vers le mieux pour soi (n’oublions jamais que nous sommes entre nous et nous), on peut changer de lieu (de niveau) en un instant, faire disparaître un intrus etc. Ce n’est pas pour rien que les jeux vidéos obtiennent un intense succès, ils reproduisent virtuellement ce que le rêveur expérimente. On peut changer de partenaire également, les virtuoses font d’une agression une rencontre amoureuse, d’une masure un château, d’une frustration un savoir et d’un meurtre une extinction finale. Les rêveurs ont toutes les cartes en main, mais il semblerait souvent que les joueurs ne sachent pas transposer leur technique à leurs nuits, ce qui est dommage car leur entraînement devrait leur profiter. Entendez que tout ceci n’a rien de personnel, je parle pour dans dix siècles (Ferré fut un grand rêveur). A plus pour l’interprétation, ceux qui se lassent s’en arrangent avec eux mêmes. L’âme est exigeante, la dévaloriser engrange la haine de soi. Ecoutons la.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette