Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > L’art de rêver > Rêver 1 (1ère leçon)

Rêver 1 (1ère leçon)

jeudi 15 avril 2004, par Claude Cordier

15/04/2004

Voler en rêve nécessite qu’à l’endormissement la pensée se concentre fortement sur l’envie du vol (idem pour tout autre action, même les plus mal venues)


Ne se prendre ni pour oiseau, ange ou mouche, nous ne possédons pas d’aile, même en rêve. Prôner la propulsion du jarret, repousser le sol fortement à la verticale. Nul besoin de tendre un bras vengeur comme certains héros, une simple élévation suffit à prendre le vent. Au cours des premières tentatives, vous risquez de retomber de deux mètres, entraînez vous à rebondir sur l’extrémités du pieds. Persévérez. Une fois atteint cinq à dix mètres, ne regardez surtout pas en bas, vous aurez tout le temps de contempler les regards ébahis des terriens dès la position stabilisée à l’horizontale et loin d’accès l’éventuel accrochage de mains jalouses. Ecartez les bras et prenez le vent, si l’altitude diminue, repérez un toit et prenez appui sur le faîte pour vous redonner de l’élan. En rase campagne, la chose est plus ardue, utilisez les arbres, ceci demande une certaine expérience mais quand vous en serez là vous n’aurez plus besoin de support, le simple appui sur un nuage suffira à vous faire reprendre de l’altitude. Donc, s’entraîner dans son jardin à l’abri des regards indiscrets, puis en ville, la nuit de préférence, porter une lampe frontale, au pire on vous prendra pour une grosse luciole. L’expérience aidant, vous n’aurez plus besoin des vents ascendants, la propulsion se fera d’elle même, j’ai ainsi visité de nombreux espaces cosmiques inconnus. Epuisée par ces longs voyages, le retour au sol m’imposait le réveil.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette