Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Ses préférés > Salut aux regrettés !

Salut aux regrettés !

vendredi 11 novembre 2005, par Claude Cordier

09/06/2003

La reine des nuits blanches, c’est la mort, ma mère.


Cela fait 100 nuits blanches que je ne devrais plus être là. Ma copine décédée encore joyeuse à 75, quand on est gai on abuse de tout et ce tout détruit autant qu’il a construit. Mon compagnon à 82, mort d’épuisement à m’avoir endurée, moi et mes racontages. Mon fils à 58, le cœur, fragile depuis la naissance, mal dormant lui aussi, mal récupérant. Ma mère n’en parlons pas, indéfectible et gâteuse, sûre de son droit à l’existence quand je lui disais mon envie d’en finir. Il reste les petits. Sont vivants les petits issus de mon arrière ventre, mais j’entends plus leur langage ni leur musique, la courroie de mon tourne disque est distendue, comme mon cœur qui ne dormira plus jusqu’au grand passage. Entre infirmière de jour et Jo de nuit, je fais semblant de somnoler, comme Jo de nuit pionce dès son arrivée, j’ai ma nuit blanche à moi. Je passe en revue les enterrements et les rigolades qui suivent, plus personne à qui parler sauf le mur, même kikou le perroquet gris bavard a lâché avant moi et pourtant on en raconte sur la longévité de l’espèce. Lorsque La Mort me trouvera, je serai éveillée, consciente et volontaire, nous n’aurons rien à négocier sauf peut-être ma réincarnation en mammifère hibernant et lourd dormeur, ours ou marmotte et les tonnes d’écritures nourries par mes nuits blanches et que personne ne lira jamais sauf Elle, qui ne dort jamais.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette