Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > La TRONCHE

La TRONCHE

dimanche 19 juin 2005, par Claude Cordier

19/06/2005

Qu’est-ce qui vous prend d’afficher constamment ce sourire niais ?
 Mais je ne souris pas, c’est mon visage qui affiche un rictus comme d’autres ont le sourcil relevé ou la langue pendante.
 Je pensais que vous vous fichiez de moi.



 Ne vous fiez pas aux apparences, je n’ai d’ailleurs aucune raison de sourire à quoi que ce soit, je suis d’un naturel plutôt sinistre.
 Je compatis, votre faciès ne doit pas être facile à porter surtout lors des enterrements, excusez moi si je souris un peu vivement moi même en songeant à cette possibilité.
 Ne vous excusez pas, mon sourire prête au rire des autres..
 Et si l’on vous raconte une histoire drôle, que devient votre sourire affiché ?
 Une grimace.
 Je vois, en temps normal vous avez juste l’air niais mais dès que vous souriez vous grimacez.
 Je ne souris jamais, je n’ai aucun sens de l’humour, je comprends rarement les blagues que l’on me raconte, d’ailleurs on m’en raconte très rarement par respect pour mon infirmité.
 N’allez pas jusque-là, votre état pourrait être bien pire. Imaginez que vous riez ou pleuriez à tout instant, sans raison, ce serait bien plus encombrant,là de dos on ne peut voir si vous souriez ou non.
 Je n’envisageais pas le problème sous cet angle, je dois me considérer comme chanceux.
 En quelque sorte, parce qu’à bien y réfléchir votre air niais vous donne l’apparence gaie et cela peut être bien pris par la plupart des gens.
 Mais de prime abord vous l’avez perçu comme une sorte d’offense.
 Je ne suis pas un bon exemple, je suis constamment ronchon, courroucé, teigneux, hargneux, susceptible et légèrement dépressif.
 Cela ne se voit pas du tout.
 Car moi, Monsieur, la tronche,je ne la fais en permanence qu’à l’INTERIEUR.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette