Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > LE PERFIDE

LE PERFIDE

samedi 21 janvier 2012, par Claude Cordier

A Edgar qui ne le mérite pas. Comment nuire à autrui sans qu’il le sache.

Le plus réjouissant dans la situation du perfide c’est de causer du tourment à un inconnu. Pour ce faire j’utilise des figurines modelées dans de l’argile blanche. Je ne prends modèle sur personne en particulier et ne suis pas bon sculpteur. Un matin, dans le métro, je repère un individu adulte qui ne me revient pas, la promiscuité aidant je parviens à lui arracher un cheveu. L’idéal est de prendre une photo, même de dos, j’y parviens parfois sans attirer l’attention. Une fois chez moi, il ne me reste plus qu’à incorporer les ingrédients dans l’argile façonnée et d’asséner des coups d’aiguilles répétés à certains endroits particulièrement sensibles. Le résultat m’est garanti. Vous me direz que je ne peux en aucun cas vérifier l’efficacité de ma perfidie, mais j’en suis persuadé et cela me suffit. Ah si tous les dictateurs faisaient de même !

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette