Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > La musique ah la musique

La musique ah la musique

samedi 16 juillet 2005, par Claude Cordier

16/07/2005

Si vous n’avez jamais vibré à l’écoute d’un musicien éclairé c’est que vous êtes sourds, combien ma peinture et mes écrits furent illuminés par les sons offerts par ces gens qui ont fait de l’instrument leur corps.


Elle arriva avec son violoncelle à la noix entre les genoux, elle était si frêle qu’on craignait que les vibrations de l’instrument ne la détruisent. Puis elle démarra un truc follement endiablé, l’archet courrait de droite à gauche et mes mots ne pouvaient plus suivre, elle serrait les genoux, la musique volait, embrumait l’espace, dévergondait les âmes. Puis la guitare électrique lui cloua le bec, la basse surtout et le violon électrique qui rappelait la chanson d’antan, l’air ancestral, au point que la foule entonnait à la suite du violon la mélodie triste et d’aucun de laisser les larmes couler. Puis, elle reprit le thème entre ses jambes et imposa son violoncelle aux autres instruments, et ce fut comme un feu d’artifice, tous accrochés à ses cordes et la suivant en crescendo, jouissant de la moindre note, tous envahis de sonorités diverses, elle jouait très vite, trop vite, comme en folie les notes libérées parcouraient l’espace, le batteur était hors circuit, le bassiste exultait et elle, défaillante de bonheur, s’écroula sous son instrument. On pronostiqua qu’elle manquait de fer et de potassium.

Répondre à cet article

1 Message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette