Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > ENIGMA-TIC, 3 L’ASCÈTE DE SÈTE

ENIGMA-TIC, 3 L’ASCÈTE DE SÈTE

jeudi 10 novembre 2011, par Claude Cordier

L’autopsie confirma l’intuition du commissaire Guimol qui nous confia l’enquête de routine.Interroger poliment les voisins du défunt, mon alter s’y collerait avé son assent du Sud et ses manières de doux fiévreux et

moi en soudarde de l’armée socialofuturiste me taperai ses proches. Il me restait peu de temps pour rendre visite à la directrice de l’école en cure de repos. Un gars musclé me l’apporta ficelée sur une chaise. Sa langue bleue pendait, un tic nerveux la faisait cligner de l’œil telle une dévergondée. J’osais rudement fière de mes pouvoirs conférés : Elle ne me semble pas au mieux ! Bonasse le gars sans démonter son pneu de petit chef : Elle débigoise un chouille mais le fond est bon et la chimie opère demain on lui retire la sonde. Je me plaçais face à l’œil avide valide et demandais : Comment va la petite ? Prise d’un fou rire qui fit crisser la chaise sur le lino elle hurla : Elle a changé de manteau ! Si vous avez loupé l’épisode 1 la réplique est absurde sauf si imagination. Je retournais à mes interrogatoires. Des proches, le guru en avaient une flopée, quasi une smala (voir la définition dans les mots fléchés d’Abidbol). Je dus les bousculer pour approcher l’urne fleurie. L’encens ostentatoire brulait dans l’ostensoir et autres feuilles aussi, je respirais à fond, une envie de rire me prit vite réprimée à coup de semonce :
- Qui parmi vous a souhaité la mort de l’ascète de Sète ? Une faible voix issue d’une miniature vivante murmura : Personne ! Il prenait des coupe-faim et était diabétique, voyez les statistiques. Tous rigolaient bêtement tout en priant, ou l’inverse, seule une dame en noir triste de chez Triste se faufila et me poussa vers plus de... caractères.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette