Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > QUELQUES SECONDES OU L’ÉTERNITÉ

QUELQUES SECONDES OU L’ÉTERNITÉ

vendredi 26 août 2011, par Claude Cordier

Mes mots sur le fil Ma vie sur le rasoir Je cours direct vers le fossé.

Il se sent basculer dans le vide, il a tout le temps de comprendre qu’il va fracasser sa carcasse, la tête en premier. Il a quelques minutes pour réfléchir à la signification du mot gratte ciel. Il a quelques secondes pour revoir sa vie et pourtant cela dure, des années voire des siècles tant son âme est vieille de souvenirs.

D’expériences bâclées, de violence incontrôlée, de chants à la veillée, de sons de tambour, d’épreuves intolérables, de rencontres magnifiques, de douleurs tenaces, de joie contenue, de couleurs d’ocre, de turquoise, de frayeur d’orages blancs en terre rouge et, tout à la fin, le murmure d’une berceuse Navajo. Il se sent colibri, il le vit dans sa chair, il exulte.

La corde est tendue à l’extrême, il perd conscience.

Son employeur commente : laveur de carreaux à Manhattan c’est risqué, tout comme escalader l’Everest, il suffit de bien s’encorder. Bien lui en prit.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette