Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > LA DAME DU MÉNAGE

LA DAME DU MÉNAGE

mardi 24 mai 2011, par Claude Cordier

En hommage à Georges E., petit frère, qui sait rire de tout et son contraire.

Nous en étions tous enchantés Surtout le pépé. Fallait voir comme il l’attendait Dès son placard ouvert Faut dire que chez nous les aînés On garde les vieux à couvert Des fois qu’ils trop espèrent La liberté des jeunes années.

Elle comblait la mégère La moche belle mère Celle qui adopte les coussins Comme des poussins Et fait payer cher La moindre poussière.

Tout était parfait Jusqu’à ce qu’elle combla Le pauvre papa Qui pâle et défait Reconnut les faits.

L’épouse magnanime conclue : Mieux vaut le ménage bien fait Qu’un mari niais. Sur ce elle partit Bras dessus bras dessous Avec la dame ci-dessus. En cette contrée sauvage Où les femmes sages Se donnent du plaisir Sans s’appartenir.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette