Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > GLOIRE AU PAPE GÉLASE

GLOIRE AU PAPE GÉLASE

jeudi 10 février 2011, par Claude Cordier

qui institua au V ème siècle la fête de la Chandeleur ou Chandelours. Un peu de culture ne peut faire de mal, foi de disciple de Jones.

Quelques maximes bien tempérées : À la Chandeleur, l’hiver se meurt ou prend vigueur. (Qu’il se décide !) À la Chandeleur, au grand jour, les grandes douleurs. (L’humidité arrose l’arthrose) À la Chandeleur, grande neige et froideur. (Silence et perte de communication) À la Chandeleur, le jour croît de deux heures. (Ma montre, cette idiote, ne m’en a rien dit) Rosée à la Chandeleur, l’hiver à sa dernière heure. (Trop bonne pour les plantes) Si la chandelle est belle et claire, nous avons l’hiver derrière. (Où ça ? Ah oui, le vent froid qui fait courber la flamme et le vent chaud qui remet du baume à l’âme et fait dire à l’homme : tiens ta bougie bien droite avant les fortes chaleurs !) Les peuples européens du nord célébraient la sortie d’hibernation de l’ours vers la fin janvier ou tout début février. Cette fête était caractérisée par des travestissements en ours et des simulacres de viol d’enlèvements de jeunes filles, voire de viol. L’Église catholique chercha longtemps à éradiquer ce culte païen. Pour ce faire, elle prôna une date de purification de Marie(la pauv’fille mise enceinte par INADVERTANCE,c’est qui ce gonze ? Faudrait la purifier au Karcher) Toutefois les célébrations de l’ours et du retour de la lumière se poursuivirent lors de feux de joie et autres marches aux flambeaux. Lorsqu’avec vos enfants vous participez à quelques festivités éclairés de feux d’artifice et autres lampions, dites leur que vous rejoignez leurs ancêtres pour qui le soleil était Dieu.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette