Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > PHRASES MOROSES THÊTA (CLAQUE)

PHRASES MOROSES THÊTA (CLAQUE)

lundi 28 février 2011, par Claude Cordier

Mes amis me lisent sans laisser de commentaire, par peur des représailles ? Bienheureux, le fulguriste qui n’a que des ennemis.

Il faudra décider un jour de ne plus nuire à personne, je le dis à tout le monde, personne n’écoute. C’est ça prêcher dans le désert.

Je n’aime pas les forêts, il y a trop de tout, du vert, des feuilles, des troncs, je n’aime pas les paysages trop fournis. La steppe c’est bien, le désert de sable par contre comporte trop de grains, beaucoup trop.

Je ne suis pas compliquée, mais j’apprécie les difficultés. Par exemple je cherche toujours le WC où il n’y a plus de papier.

J’aime bien attendre quelqu’un quand je sais qu’il ne viendra pas. J’apprécie cette impression de vide.

Le monde est vaste, beaucoup trop vaste pour moi, je ne suis pas grande. L’espace entre l’évier et la gazinière me convient.

J’ai le cerveau qui marche à folle allure et je n’ai pas d’interrupteur.

C’est terrible cette envie que j’ai parfois de gifler les gens, heureusement que j’ai des poches pour retenir mes mains.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette