Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > PHRASES MOROSES BÉTA (ALPHA EST DÉJÀ PASSÉ)

PHRASES MOROSES BÉTA (ALPHA EST DÉJÀ PASSÉ)

lundi 28 février 2011, par Claude Cordier

On dit de moi que je suis singulière, particulière ou même parfois neutre, bref, je ne suis pas populaire.

Tant que le petit de l’homme fait dans ses couches, il est fréquentable, après il ne se sent plus.

J’ai participé à un concours littéraire, je n’ai rien gagné, mais au moins je suis certaine d’avoir été lue.

La chaleur me fait gonfler de partout, aussi je porte une montre bracelet élastique et des chaussettes en élastomère. Quand c’est ma mère qui me gonfle, je retire mes chaussettes et je les lui montre.

L’écriture c’est exactement comme le tissage de la laine, le plus dur c’est le cardage (et je ne parle pas de la tonte !)

La pratique de la peinture artistique coûte tellement cher en matériel que le peintre finit par ne plus vouloir rien vendre.

1ère version : 36 chandelles il a vu, faut dire qu’il a morflé, il n’avait que 35 ans, c’est pas d’chance. 2ème version : 36 chandelles il a vu, faut dire qu’il a morflé, par chance c’était son anniversaire. (Inutile de préciser qu’il avait 36 ans, ce serait lourd.)

Choisissez bien votre route, ni trop lisse, vous pourriez glisser, ni trop caillouteuse, vous pourriez trébucher et puis prenez votre voiture c’est plus rapide.

Dans le métro j’ai vu des femmes qui portaient toutes exactement le même sac à main. Je n’ai pas osé leur demander de les ouvrir pour constater si les contenus étaient les mêmes. On ne fait pas cela non plus avec les jumeaux

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette