Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > JOYEUX NOËL, AMOUR ET FRATERNITÉ À TOUS

JOYEUX NOËL, AMOUR ET FRATERNITÉ À TOUS

mercredi 22 décembre 2010, par Claude Cordier

Elle est terrible cette image de Noël, la crèche catholique.

Un bébé jovial et repu auprès de ses parents, un bovin et un âne qui le réchauffent de leur haleine de foin, un ange muet de stupeur, des rois basanés offrant des parfums puants. Puis ce pauvre enfant devenu adulte juste un peu rebelle qui se fait crucifier volontiers pour que sa parole de paix en ait plus de poids. Elle est pénible cette histoire qui revient chaque année, non pas comme un conte tel celui du Papa Nowel qui descendra du ciel avec ses cadeaux par milliers et n’oubliera pas nos tisouliers, même si papa est en bas à faire du chocolat et moman en haut à manger des gâteaux, mais comme une fatalité imputrescible même si l’on est athée. Lorsque l’on ne croit en rien de surnaturel, que l’on constate sans aucun doute, que notre corps et notre cervelle pourriront dès que nos poumons n’aspireront plus d’oxygène, que les globules n’alimenteront plus notre cœur qui en tant que muscle n’aura plus la force de faire remonter le sang vers le cerveau, la mémoire, tout ce que nous avons cru être, sentir, aimer,disparaitra. C’est donc ça la mort Mamy ? Et bien oui mon petit, illusionné par cette prétentieuse conscience, notre moi n’existera plus et le reste sera juste bon à nourrir les mouches, les vers et les bactéries. Et mon ange gardien il me suivra ? Demande à ton papa il en sait plus que moi, ou au moins il sait qu’il ne sait pas.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette