Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Nouvelles de Claude Cordier > Je l’ai fracassé et cela m’a sali du haut jusqu’en (...)

Je l’ai fracassé et cela m’a sali du haut jusqu’en bas.

vendredi 11 novembre 2005, par Claude Cordier


Le sang tache, c’est connu. A quand les corps dépourvus de liquide vital ? Faudrait qu’on nous fabrique des enveloppes bien propres en cas de blessure, faciles à emballer sous blister, comme un paquet de chewing-gum. Je ne sais même plus pourquoi je l’ai massacré, il y avait de la rancune dans mon action, mais la rancœur ne justifie pas le meurtre. Il y avait aussi des souvenirs glauques où il m’enfermait dans la cave et me faisait subir des trucs que mon imaginaire n’arrive pas à saisir. Je ne connais des monstres que Moby Dick la baleine qui a tout d’une victime. On va m’arrêter, on ne va rien comprendre à Moby, je n’ai que seize ans, mais le sang sur mes vêtements va interrompre l’enquête. Je l’ai fracassé avant qu’il ne fracasse mon petit frère et que Moby Dick m’emporte vers ses abysses, si je mens.

Répondre à cet article

2 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette