Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > SOUS LA TONNELLE OU SUR LE BALCON

SOUS LA TONNELLE OU SUR LE BALCON

mercredi 29 septembre 2010, par Claude Cordier

Comment égayer le début d’automne ? En se rendant à la jardinerie. Avertissements : Les informations proviennent de sources réelles. Durant l’étude in situ, aucun être vivant n’eut à subir d’outrage, après je ne sais pas…

La douce mais ferme voix m’entraine dans les rayons. Entrez dans la galerie végétale, profitez du prix imbattable de la potée de lys After Eight, magnifiques fleurs parfumées à la menthe, rose carambar avec effet immédiat de bonheur enfantin. Pour l’achat de 10 tulipes Perroquets « Texas flame » vous repartez avec un zoziau bavard qui répète chaque matin « Wake up Mum » avec l’accent Western, garanti inusable sur 20 ans et plus si affinités. En promo, une jardinière « baroque » (rien dans la définition du Larousse ne correspond à ce pot en bois sauf éventuellement : bizarre ou excentrique, du fait qu’il est rectangulaire au lieu d’être rond ?) avec en bonus un vieillard, ancien comédien, récitant "La légende des siècles" à l’envers, très distrayant durant les longues soirées hivernales (les aliments appropriés à sa conservation sont en vente au rayon animalerie spécialité pré-mâché). Tous les bulbes à 1€, plantez sans risque, au pire les pigeons vous auront rapporté des graines sauvages, quel joli parterre que des fleurs perdues dans les orties, la soupe n’en sera que meilleure ! A la caisse, la voix propose un lapin vivant, ses accessoires et sa nourriture pour un an en échange d’une personne biodégradable sans maladie avérée transmissible. Je lâche la mémé sur le tas de compost et repart guillerette avec Lapinou, je profite du barbecue de balcon à prix exceptionnel, des fois que la bestiole se révèle moins causante que la mémé mais plus nutritive.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette