Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > MÊME PAS PEUR

MÊME PAS PEUR

samedi 18 septembre 2010, par Claude Cordier

Je n’ai pas peur du noir, je le préfère au jour, je suis prête aux rêves bien plus qu’à cette réalité inadmissible.

On dirait qu’elle se casse la figure, elle dévale l’escalier. On dirait qu’elle ne veut rien en dire. On dirait qu’elle sent que je reviens. J’ai mis mes gyrophares et enclenché la sirène désespérante. J’arrive ! On dirait qu’elle me bat froid. Pourtant j’ai mis le costume adéquat, blindé, armé, sublimé. Elle fait la moue. On dirait qu’elle est bel et bien morte. Et moi j’arrive trop tard, toujours trop tard. On dirait qu’elle plane au plafond et qu’elle veut que je coupe un fil. Elle me le demande comme un dernier service. Je l’embrasse une dernière fois et tire bien fort son chewing-gum rose, celui que l’on se partageait à 4 ans. Et d’un coup de dent je tranche le lien. Le plafond s’ouvre, elle vole et moi je reste au sol à sucer mon pouce.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette