Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > GRATTAGE DE BOBO

GRATTAGE DE BOBO

mercredi 28 juillet 2010, par Claude Cordier

Prenez une égratignure saignante conséquence d’une chute de tricycle.

Bien aseptisée par la mère, elle cicatrisera promptement. Tolérez l’application de Mercurochrome à exhiber fièrement. Certains enfants jaloux badigeonneront de feutre rouge leurs genoux. Patientez jusqu’à ce qu’une croute épaisse se forme. Puis, un matin grattez un coin, du sang perlera, nul ne s’en apercevra. Chaque jour, renouvelez l’opération en prenant soin de garder mains sales. Si besoin, prenez soin de vous trainer sur le sol gravillonné de la cour d’école. Veillez à ne jamais arracher la croûte en totalité, tout serait à recommencer. De la blessure bénigne une goutte jaune coulera que vous goûterez. Une douleur sourde envahira la plaie dont vous ne vous plaindrez pas. Renouvelez l’opération jusqu’à l’intolérable. Tant seront aigus les fourmillements que de gratter vous ne pourrez vous empêcher. Le sang coulera qui alarmera la mère trop tard, la fièvre vous attrapera. La gangrène vous condamnera, une jambe on vous coupera, sans résultat.

Combien d’entre nous grattent leurs bobos afin d’en finir plus tôt que trop tard ?

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette