Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > RECLUS

RECLUS

samedi 24 juillet 2010, par Claude Cordier

Les sages ont conseillé dix jours, pour lavage express sans essorage. Un minimum pour un occidental farci d’illusions, de nourritures terrestres et avide de désirs sensoriels.

Il doit loger dans une cellule au confort rudimentaire, sans air conditionné en cette chaleur tropical. Il est réveillé mâtine afin d’assister au lever du soleil et méditer pendant deux heures avant de se sustenter d’un petit déjeuner frugale pris en communauté, personne n’ose causer, car paroles inutiles sont paroles imbéciles. Il retourne en méditation et en lecture de textes abscons, transcrits en phonétique, il répète des phrases dépourvues de sens. Peu importe, les lamas eux aussi font de même depuis des siècles, le son suffit, la compréhension viendra plus tard ou pas. Il suit la règle monastique, se réjouit d’assister aux cérémonies, d’écouter la musique des instruments envahissant le lieu, la conque, les tambours, les cloches, l’encens le nourrit bien mieux que toute substance matérielle. Dix jours de réclusion volontaire en ce monastère tibétain, quel bonheur ! Il se sent léger, il a maigri et s’en réjoui, il rêve qu’il lévite et même s’envole au-delà des cimes neigeuses. Il envisage de méditer dans une grotte, 3 ans, 3 mois, 3 jours, puis revenir afin d’enseigner l’humilité et la liberté de l’âme détachée du corps. Au réveil à Fleury, il se souvient qu’il a pris pour dix ans, dix mois et dix jours de réclusion forcée suite à un braquage sanglant. Autant payer dans cette vie les conséquences de ses actes plutôt que de les trainer dans le futur. Il entre en méditation profonde, refuse toute nourriture et transmigre bien avant son heure d’un arrêt cardiaque.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette