Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > PROGÉNITURE

PROGÉNITURE

vendredi 11 juin 2010, par Claude Cordier

Maman, faut qu’on te parle avant que ton cerveau parte en vrille et que tu te ne souviennes même pas de nos prénoms nuls Belle et Sébastien.

Plus ridicules que ma sœur et moi dans la cour de récrée il faudrait les trouver chez Tex Avery. Réflexions d’enfants innocents : Sébastien ! Est-ce que Belle aboie quand tu la montes ? Belle, comme tu es moche, si Sébast’ tient à toi c’est qu’il est cloche ! On se fiche de ton héritage, tes réserves d’écureuil, ton appartement pourri plus cher à retaper qu’à vendre, ta collection de poupées espagnoles, arrête de te la jouer tu es française ! Tout ce que l’on te demande c’est que tes obsèques ne nous coûtent rien. Alors organise tout avec Roblot, paye à l’avance pour toutes ces bêtises qui consistent à préserver ta vieille carcasse dans un contenant de bois en pin local, évite les espèces exotiques, pense à l’écologie. Avance les frais concernant les guignols qui accompagnent la boîte, la descendent dans le trou de la sépulture familiale déjà réglée par les ancêtres et le prêcheur qui ne sait même pas si tu crois en son Dieu ou en d’autres, ou en rien vu que tu ne comprends plus rien à rien. Car en ce qui nous concerne, Belle et Sébastien, qui n’avons jamais exigé que tu nous mettes au monde, il est certain qu’au vu de ce qu’il restera de nous après la bombe, les frais d’obsèques seront nuls.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette