Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > LA RAIE AU MILIEU

LA RAIE AU MILIEU

mercredi 2 juin 2010, par Claude Cordier

Chaque matin elle se faisait la raie au milieu. Consciencieusement, avec application, afin que chaque cheveu se trouve également réparti de gauche à droite.

Alors, elle pouvait tresser ses nattes ainsi domestiquées, bien serrées au point de torture au dessus des oreilles. Elle eu l’opportunité de faire de la plongée sous marine et rencontra le lièvre de mer et ses jupes affriolantes, puis la raie pastenague et son vol sublime, sa légèreté d’oiseau des mers, sa mortifère épée caudale. Et le gentil poisson pilote, nettoyeur ou conseiller, ou psy, ou ami, ou parasite ou tout à la fois, virevoltant d’une aile à l’autre, tournoyant, brassant l’écume,grattouillant les ouïes, frottant les flancs, aiguisant les dents, grappillant les mollusques, se nourrissant des restes mais toujours guidant le maître vers les eaux nourricières, lui fit changer de coiffure. Depuis, seuls l’air ou le vent violent tracent sa tignasse Il est des temps de forte tempête où elle ne voit rien de ce qui semble exister et des heures calmes où seules ses paupières closes laissent filtrer un semblant de réalité. L’illusion d’un milieu, du haut et bas, du gauche et droite, pour ne pas virer folle dans cet océan dépourvu de poisson pilote adapté aux humains.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette