Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > L’AIGUILLE CREUSE

L’AIGUILLE CREUSE

vendredi 28 mai 2010, par Claude Cordier

Dédié à ma grande fille juste avant la fête des mères qu’elle honnit, car inventé par un militaire félon qui voulut rendre hommage aux ventres des femmes qui produisent de la chair à canon.

Fiche de lecture rédigée par Z pour le lycée R.

"Cambriolage chez une belle famille, code secret, cachette dans un rocher, découverte d’un cadavre d’un voleur toujours vivant, fausse piste, déguisement, mariage, galanteries,.... Arsène Lupin, le « gentleman cambrioleur » refait des siennes. Un roman palpitant, plein de suspens et d’action et une enquête menée par un jeune élève de rhétorique, astucieux et aventurier.

Roman de : Maurice Leblanc Nom : « L’aiguille creuse » Appréciation : B+

Phrase : L’aiguille d’Etretat est creuse ! Phénomène naturel ? Excavation produite par des cataclysmes intérieurs ou par l’effort insensible de la mer qui bouillonne, de la pluie qui s’infiltre ? Ou bien œuvre surhumaine, exécutée par des humains, Celtes, Gaulois, hommes préhistoriques ? Questions insolubles sans doute. Et qu’importait ? L’essentiel résidait en ceci : l’Aiguille était creuse. Et la vie vide.

Quelle note lui donneriez-vous ?

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette