Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > ELLE RANGERAIT SON BUREAU

ELLE RANGERAIT SON BUREAU

mercredi 14 avril 2010, par Claude Cordier

Il fallait qu’elle retrouve son MP3

Elle eut la correction d’annoncer l’opération aux objets concernés, en plaçant sur la platine un CD sans paroles capables de la détourner de sa tâche et de la renvoyer vers l’écriture. Ils savaient que ranger signifiait VIDER. Les premiers à paniquer furent les stylos, le test de capacité rapide, ceux qui arboraient le nom d’un hôtel étranger se pavanaient certains d’être épargnés. Les bons de réduction avariés étaient résignés, quand c’est plus l’heure, c’est trop tard. Les cartes de visite, confiantes, issues de pays lointains attendaient leur classement. Elles savaient que certaines passeraient à la trappe, les mauvaises adresses de restaurants ou d’hôtels. Les tickets d’entrée aux musée et aux zoo tenaient la dragée haute, la dame était collectionneuse. Le massacre concerna les postit du genre : RV avec maman 14H, tous disparurent dans la poubelle avec les tickets de caisse sauf celui où elle avait noté comment nettoyer les métaux. Les survivants furent classés sous enveloppe,les vierges empilés en un tas bancal, heureux de pouvoir resservir. Elle retrouva un superbe marque page en forme d’ours et garda un élément de puzzle au cas où, lors d’un ultime rangement, elle retrouverait les autres. Mais pas son MP3. Elle fit une croix dessus et recommença à accumuler des traces de cette vie là. Comme elle n’est pas persuadée d’exister en ce monde, il lui faut des preuves matérielles, car au sorti de ses rêves il ne lui reste rien.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette