Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > VIEUX BEAUX ET MOCHES VIEILLES

VIEUX BEAUX ET MOCHES VIEILLES

vendredi 9 avril 2010, par Claude Cordier

Sa mère lui raconte : Hier dans le métro une gamine m’a dit « T’es moche ! » Je lui ai répondu « Toi aussi ! »

Puis elle lui montre les dernière photomatons prises pour le renouvellement de sa carte d’identité et demande : "Hein je suis moche sur ces photos ?" Il se retient de dire : « Mais nous sommes tous laids dans la famille, sauf cas d’exception l’arrière grand-mère et papa, sinon mes sœurs et moi c’est un désastre, le gène mocheté vient forcément de Ta famille. » Il tente plutôt de la rassurer en expliquant que la vieillesse endommage toute beauté, décrit des artistes qu’elle connut si séduisantes et qui n’osent plus se montrer en spectacle, en cite d’autres qui assument bien leur âge et quitte à ne plus séduire par l’apparence le font par l’essence. Elle demande : Quelle essence, un médicament rajeunissant ? Il répond : Non, l’essence résume ce qui constitue la nature profonde d’un être, son âme. Elle comprend ce qu’elle peut encore percevoir du haut de sa tour en perdition et dit : Alors, ton père devait en avoir de l’essence car il était beau même vieux. Elle a oublié qu’il décéda vingt ans plus tôt. Je ne suis pas certaine qu’à 87 ans, comme elle, il aurait fait un vieux magnifique.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette