Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > BULLETIN NUL MAIS SUPERBE

BULLETIN NUL MAIS SUPERBE

mardi 16 mars 2010, par Claude Cordier

Les faits relatés ici sont réels, ils se situent un dimanche soir dans le préau d’une école primaire de banlieue parisienne. Lorsque le deuxième tour d’élections s’avérait très participatif, je proposais de prendre part au dépouillement.

Quatre tables étaient placées, les volontaires se répartirent au hasard, un retardataire fut récusé,le quota était atteint et le bureau fermé. Ce soir là je refusai la tâche de cocher les bâtons par dizaines, j’assumais ce rôle d’ordinaire avec zèle et sérieux, soudain j’eus envie de DEPIAUTER. Lors j’annonçais à voix intelligible, mais pas trop forte pour de point gêner les tables voisines, le nom du candidat inscrit sur le bulletin, mon collègue dessinait ses bâtons, le tout était contrôlé. L’enjeu était crucial pour la mairie, bien que devant rester impartiaux nous ne pouvions nous empêcher de nous lancer des sourires complices. La pendule tournait. J’ouvris une enveloppe et lus :« Maman je t’aime ! » écrit à la main et barrant le nom du candidat. Des rires fusèrent autour de la table, chacun voulait constater la teneur du message, le papier passa de main en main, le responsable du bureau s’approcha et annonça : « Bulletin Nul ! ». D’ordinaire ces bulletins sont soit barrés, soit gribouillés ou couverts d’insultes, mais ce mot d’amour incongru en ce lieu fit remonter le moral des présents. Rouge comme une pivoine et retenant un rire fou, je poursuivis le dépouillement sans rien dévoiler du secret. J’avais reconnu l’écriture de mon fils aîné, qui trouvant que tous les maires sont des bouffons, avait participé à sa manière en lançant à la face de la République un message plus tonitruant que l’abstention. (il m’affirma ensuite ne jamais le refaire pour la présidentielle) dommage !

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette