Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > ODE DISCRET À LA NATURE

ODE DISCRET À LA NATURE

mardi 2 août 2011, par Claude Cordier

J’ai passé 3 semaines en maraude dans les parcs animaliers immenses, herbeux, buissonneux, vallonnés de l’Afrique, qui m’en mirent plein la vue et les autres sens,que puis-je vous en conter ? Hop là, l’impala ! Féroce le rhinocéros ! NON !

Je vais vous faire percevoir les langages de la brousse répétez à haute voix sans vous sentir gênés, ce ne sont que des bruits de bêtes. Logeait dans les arbres proches un galago à longue queue ou bushbaby tant son crie de bébé me réveilla : raheuh, raheuh,tic, taïca, maheu ! Au matin un calao nichant au dessus de notre tente claironna ses haha !Houinhhhh !Hinhinhin et j’abrège tant ce fichu zoziau est bruyant. Sur la piste nous croisâmes un kudu qui nous dit Woufff !et s’en fut. Une hyène tachetée insista : houhourah, hououou, hihihiya (3 fois, le fameux rire !). Un lion daigna exprimer du fond de sa vaste gorge un large Woooah, plusieurs fois, un weeheu, un raou, puis un faible rou, jamais un miaou. J’ai entendu un zèbre isolé japper : Ouah !en réponse aux appels de son groupe.Il disait : Je vous rejoins ! Le zèbre n’est pas un cheval, il est indocile et imite le chien pour mieux le prouver. Je peux vous assurer que la brousse est si-len-cieuse, les bêtes se déplacent à pas mesurés, même les éléphants se montrent discrets, seuls les petits barrissent. D’où la grande difficulté et la merveille de découvrir au détour d’un virage, des troncs d’arbres secs se transformant en cous de girafes, des feuilles découvrant les oreilles d’éléphants et un rocher révélant le dos d’un rhinocéros.

Portfolio

Un Lion Un Calao à Bec Jaune Une Hyène Un Zèbre Un Bushbaby Un Kudu

Documents joints

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette