Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Délit de faciès ou de cagoule

Délit de faciès ou de cagoule

jeudi 28 janvier 2010, par Claude Cordier

A la lecture d’un texte écrit par une dame qui a bien kiffé de se déguiser en fantômes avec ses belles sœurs dans une ville Indienne où vraiment la promiscuité fait rage tellement les ruelles sont étroites et les attouchements constants.

Même moi j’ai trouvé Bénarès pire que Marrakech, c’est tout dire ! Y’a de place pour personne et pourtant il y a tant de monde ! Je me dois de vous rapporter ma propre expérience. Cet hiver, j’ai porté une cagoule car je suis sujet aux otites, mais pas une ordinaire. Une qui couvre la tête et le visage, très jolie, crâne bleu, visage bordeaux, contour des yeux jaunes, nez à rayure blanches et cou brun, lèvres blanches, superbement tricoté en laine d’Alpaca et utilisée par les bergers au Pérou dans les régions montagneuses excessivement froides. Un cadeau de ma tata voyageuse. Bien mal m’en prit, dans la rue on me regardait de travers, les enfants rigolaient, eux aussi affublés comme des guignols, j’ai même vu un bébé vêtu de pied en cap d’un costume d’ours polaire avec les oreilles et la queue ! Je me déplaçais, en bon écolo, à vélo par moins 5 et fut interpelé par un agent de la circulation, car j’avais un peu trop avancé au rouge. Il fixa ma cagoule et m’intima : Veuillez retirer votre masque ! Ce n’est pas un masque c’est une cagoule chaude pour cycliste péruvien. Ah vous êtes péruvien ? Vos papiers ? Je les lui remis. Ah vous êtes d’origine maghrébine, en ce cas vous pouvez continuer de vous couvrir, la loi n’est pas encore passée.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette