Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Qu’est-ce qui lui prend de passer du métal à la bossa (...)

Qu’est-ce qui lui prend de passer du métal à la bossa ?

dimanche 3 janvier 2010, par Claude Cordier

En hommage au Grillot Hervé, que 2010 lui apporte bonheur et paix de l’âme.

Qu’est ce qu’il lui prend de placer sur sa chaine de la musique brésilienne et de la meilleure Vinicius De Moraes, Toquinho et même Baden Powell tout en repassant son linge ? Je l’entends répéter SARAVA, elle qui ne connait rien du portugais encore moins du brésilien. La veille, notre foyer tranquille et rassurant tolérait gentiment la voix rauque du chanteur de Rammstein et les excès de la guitare basse qui faisait vibrer les vitres des voisins. Qui s’en plaignirent maintes fois en réunion de coprop. Ca c’est un truc que les locataires sans le sou ne peuvent se permettre, surtout à Paris et en proche banlieue,c’est un meeting chiant qui permet de décider en toute liberté (sauf que le plus large propriétaire en M² détient le plus de voix) des travaux à prévoir et des sommes à dépenser. Le locataire en profite ou ferme sa gueule. Qu’est-ce qui lui a pris de changer de continent, passer de Berlin Est et toute sa hargne violente et revancharde en 2009 au Brésil des années 1995 ? Le même sujet dirait Hervé : la conscience de se révolter chaque jour qui nous est octroyé contre toutes les oppressions et tous les dénies d’individualité qui forcent hommes et bêtes à entrer dans un moule même pas sculpté par les dieux. SARAVA. Tous les musiciens, d’où qu’ils viennent, qui expriment cela sont les bienvenus en ce nouvel an.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette