Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Je collecte

Je collecte

lundi 28 décembre 2009, par Claude Cordier

Je voyage souvent en terres lointaine, au lieu de me sustenter de paysages différents et souvent grandioses que Dame Nature offre à ma vue, je me penche et ramasse :

Un morceau de la plage tout en coquillages de l’île du Diable en G.,des fragments de lave à.B, des fossiles sous le sable du M.., du grès rouge gratté en A., des cailloux polis par le fleuve C., des fragments de poterie dispersés au P., du sable blanc de.,des particules de bouse d’éléphant du…, les dents de lait de mes petits, la moustache de ma chatte préférée, les ongles arrachés sur mes meubles par l’autre, la sauvage encore vivante. Lorsque j’étais à peine grande, mon père, au départ de vacances, a constaté que l’arrière de la voiture penchait. Il a fouillé dans les bagages puis s’est aperçu que j’avais placé sous les sièges de très gros beaux galets. Il a pesté. J’ai accepté de tout relâcher à la nature sauf un que je garde sous mon lit, telle la princesse au petit pois, sauf que moi j’ai trouvé le prince charmant et la pierre ne me blesse pas car il ne m’interdit pas de collecter. En songe, la solution m’est apparue clairement : Très souvent, lors de ma vie nocturne mais néanmoins active, je rêve que je ramasse sur le trottoir ou achète des objets en brocante, des petits meubles en bois pas encombrants, pas lourds, des miniatures, des maisons minuscules, tout un monde rapetissé, qui ne manquera à personne mais que j’adore, j’en emplis mes mains et mes poches toute heureuse. Tout en courant vers la maison, chargée de mon butin si précieux, je me dis pertinemment qu’au réveil tous ces objets auront disparu. Depuis, je collecte mes rêves et tout ce qu’ils contiennent. Cela ne pèse guère plus qu’une plume d’ange.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette