Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > PIPI à 1 EURO

PIPI à 1 EURO

mercredi 13 mai 2009, par Claude Cordier

Je fus dotée, à la naissance, d’une vessie minuscule. Où que j’aille, mon principal souci est de repérer les lieux d’aisance, même en rêve je ne trouve que sanitaires immondes impropres à poser culotte et je me réveille en larmes.

Il m’arriva de poser pied dans la savane afin de satisfaire le besoin pressant au risque d’attirer un prédateur, ainsi qu’en bord de route d’uriner debout et d’asperger mes chaussures comme toute femelle qui se respecte. Je me trouvais au Carrousel du Louvre, les toilettes publiques venaient d’être rénovées, genre boutique de luxe pour besoins triviaux. Vente de papiers multicolores et senteurs du monde. On me demanda 1€ d’entrée, je regimbai trouvant l’augmentation de 50% un peu rude, on m’envoya me soulager ailleurs mais comme cela pressait et que je voulais comprendre le pourquoi d’un tel tarif, je réglais. J’escomptais cuvette dorée, papier duvet, musique douce, rien de tout cela, juste un employé chargé d’assainir le siège à chaque passage. Son action devait être des plus rapides afin que la clientèle touristique, habituée aux excès tarifaires de Paris, ne s’impatiente pas. Soit, je félicitais cette création d’un emploi spécialisé tenu par un immigré d’origine indienne, un pauvre intouchable chômeur de longue durée sans doute. La pose d’un système tournant plastifié protège siège eut été plus économique, plus sain mais tellement moins Social. La prochaine fois je testerai le tarif supérieur à 1,5€ dit "SPA à la japonaise" qui doit consister en un torchage postérioral par jet directionnel et séchage à air pulsé, parfum orchidée et plus si affinités. Si vous ne me croyez pas, allez y c’est rue de Rivoli, métro Palais Royal comme le trône.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette