Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > L’escalier du 29 - jour 4 et dernier

L’escalier du 29 - jour 4 et dernier

vendredi 16 janvier 2009, par Claude Cordier

Jour de marché, Jules émergeant des bras de Morphée, s’apprête à collecter les denrées nourrissantes et néanmoins périssables utiles à son maintien en vie. René Daumal : "Le chemin des plus hauts désirs passe souvent par l’indésirable"

Il n’oublie pas d’ajouter à ses emplettes une moule de Bouchot (célèbre rémouleur du XIVè). Ses provisions placées en lieu sûr mais pas certain et conscient de l’importance de la tâche à accomplir, il escalade prestement 95 marches et dépose la précieuse coquille sur l’autel océanique bâti avec amour par le locataire unique du 5è. Le saint siège, sur lequel il n’est pas question de s’assoir, est constitué d’un amalgame de trésors marins occupant 1/3 du palier. Alerté du don par le son cristallin de la nacre (ex gardien de phare il fut connu pour son ouïe fine utile par gros temps) Léo apparait armé de colle forte afin de fixer la chose pour l’éternité. De gratitude, il compléta la collec’de Jules par un ex voto du plus bel effet constitué de galets minuscules déclinant tous les tons de gris. Etant parvenu quasiment au haut, Jules franchit les dernières 19 marches et partagea un agréable moment à mesurer la distance séparant les cumulo-nimbus des nimbus (cf. traité sur la mesure des nuages en ciel Ile de François) en compagnie de Léo dont la fertile imagination l’avait enclin à baptiser son chat « Cheval »et pas Félix comme il se devrait, en hommage à la propension compulsive du félin à galoper sur les toits sans craindre la chute. Ayant parcouru un certain nombre de marches et collecté un nombre certain d’objets précieux, Jules regagna sa loge et saisissant sont balai poursuivit son destin.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette