Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > L’escalier du 29 - jour 3

L’escalier du 29 - jour 3

jeudi 15 janvier 2009, par Claude Cordier

Ayant renoncé à faire comprendre au lecteur ce qu’élévation spirituelle et acquis du même nom (Daumal, Michaux, Schopenhauer, Bouddha) signifie, je promets à Jules de poursuivre son vécu dans un athéisme complet et discret. Bien que je n’en pense....

Au matin, ayant paressé comme à l’inaccoutumée, Jules trouva sous le paillasson une lettre de son frère Julien qui lui rappela que leur mère commune demeurait au 4ème et qu’elle nécessitait quelques attentions du fait qu’elle les avait enfantés dans la douleur et de son grand âge et tout ce qui s’ensuit (cf. « Traité des droits de la mère » d’Augustin Filliasse 15 octobre 1925 – 29 juillet 1950, comme quoi la loi ne préserve pas ses auteurs. La loi de défense d’afficher du 29 juillet 1881 ne confirme en rien la règle) D’un pas allègre, il gravit 4 à 4 les 4 étages, soit 76 marches et ouvrit à l’aide de sa clef familiale la porte de la mémé. Il la trouva joviale tout préoccupée à placer des petits morceaux de cartons les uns enchâssés aux autres. Il n’osa lui demander un récapitulatif de son état de santé, vu sa mine radieuse, il songea que si le paradis existait, il ressemblerait à un puzzle. Il ne croyait pas si bien dire, la mémé, heureuse de sa venue et n’ayant pas une minute à elle, tant la tâche de terminer son œuvre la taraudait, lui demanda de rédiger une bafouille rapide et rassurante à l’intention de Julien et de Julianne, ses deux autres enfants, pour les enjoindre de cesser leurs démarches afin de lui offrir une chambre calme dans une maison de vieux. Elle détestait les personnes âgées et pour encourager son fils aîné à la suivre dans ses jugements, elle proposa à Jules un chèque consistant qu’il s’empressa d’ajouter à sa collec.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette