Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Aboie moi "Bonne nuit"

Aboie moi "Bonne nuit"

samedi 22 novembre 2008, par Claude Cordier

Lorsqu’un homme, délaissé par sa femme et mère, prend en charge un petit, il fait son possible en humain juste et libre pour lui assurer la survie

Tu ne me lis pas d’histoire, ne me chantes pas de chanson, ne me fais pas de bisou avant de dormir, mais au moins dis moi « Bonne nuit », même si tu ne m’aimes pas puisque je ne suis que le fils de maman, qui est partie un soir en me câlinant. Tu fais tout bien, le petit déjeuner du matin, le jambon purée du soir, le bain que tu surveilles sans me toucher, des fois que maman m’ait refilé des microbes. Tu laves et repasses mes habits, prépares mon cartable, vas aux réunions de parents d’élèves, appelles le docteur lorsque j’ai la fièvre, me places un gant mouillé sur le front, me fait absorber des potions. Tu fais ton devoir, tu sais que j’existe et en humain responsable tu m’assumes comme tu le ferais pour un chiot. Même si tu ne veux pas me parler, au moins murmure : « Bonne nuit petit d’homme » C’est pas trop te demander, sinon aboie et ce sera joyeux pour moi, mon Beau Papa abandonné comme moi.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette