Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Nouvelles de Claude Cordier > La douleur

La douleur

vendredi 11 novembre 2005, par Claude Cordier


J ‘ai vraiment mal aux tripes, vous voyez le topo, un monstre extra chose qui aspire les organes internes et les dissout dans sa bave diluante et acide, mais il se trouve que le monstre est l’être avec qui je vis et qui m’impose des situations qui me font virer givrées. Le commun de dire que j’exagère que je ne suis pas généreuse, que je devrais prendre sur moi, sur mon égoïsme, ma fatuité, me mettre au service de ceux qui sont dans le besoin et vous le font bien sentir, pesant du poids de la culpabilité comme une enclume, mais en quoi suis-je responsable ? Je ne l’ai pas mise au monde ni élevée et je dois en subir les résidus morbides sans rien comprendre, ou vouloir comprendre, car au nom de quoi devrai-je comprendre quoi que ce soit à une situation qui me dépasse ? Imaginez, rien , rien ne correspond à cet imaginable. Il se trouve que je n’arrive pas à assumer une situation d’adulte qui nécessite un comportement responsable et généreux, je n’arrive pas à monter les escaliers de la super vie qui fait que nous ne sommes plus rien pour nous mêmes mais n’existons que pour autrui. Alors, quand autrui outrepasse la demande, que fait-on ? Soit nous nous soumettons et devenons dépendant de la demande soit nous nous armons et défendons ce qui nous reste de liberté en détruisant les intrus s’il le faut. Mais là alors c’est horrible, un parent qui met fin aux jours d’un enfant même s’il n’est pas le sien, c’est intolérable, inique, une monstruosité, comme celle là qui dévora ses enfants cuits dans la sauce sans le savoir, la mère érigée en monstre de bas étage.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette