Accueil du site > Les écrits de Michel Roszewitch > Berlin : Topographie de la terreur

Berlin : Topographie de la terreur

jour de l’an 2004-2005 de passage à Berlin

vendredi 16 novembre 2007, par michel roszewitch


Voir en ligne : Topographie des Terrors (La topographie de la terreur)

Glacial ! Berlin est glacial en hiver, surtout sous la pluie. Glacial et propre comme ce carrelage blanc qui émerge à peine de cette glaise jaune. En creusant juste un peu, on y retrouverait bien quelques os blancs, bien propres, souvenirs d’un passé enfoui. Car la nausée elle vient bien de là, de ces passés enfouis, et absout au fur et à mesure, grâce à sa bonne conscience d’être du bon côté. A Berlin, on est toujours d’un côté. Du bon ou du mauvais côté de ce mur disparu et si présent. Du côté des libérateurs du joug nazi qui ont rasé et bétonné. Du côté de la liberté et de la résistance au joug communiste, pour sauver les chères valeurs de démocratie. Depuis 60 ans certains ont toujours dû se sentir du bon côté, celui de la bonne conscience. D’autres toujours du mauvais, celui de la culpabilité. Certains ont pu choisir. La majorité non. La majorité ne choisit jamais. Le siège de la terreur à Berlin était Prinz-Albrecht Strasse. Ne cherchez plus la Prinz Albrecht Strasse : On l’a supprimée. Vous ne trouverez que la Niederkirchnerstrasse, au sud de la Postdamer Platz. Le terrain est resté maudit, terrain vague avec herbes folles. Pas un terrain vague comme chez nous, plat, comme dans nos banlieues. Non, impénétrable et tout bosselé. Même les herbes y sont devenues folles ! Devoir de mémoire, qu’ils disaient à la télé ! On en parle et surtout on efface tout ! Les nazis ont supprimés les chambres à gaz d’Auschwitz. Et 60 ans après, un paysan polonais qui habite au bord du camp peut déclarer à notre télé française, cette semaine : " moi je suis pas bien sûr que cela a vraiment existé !!!".

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette