Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > A continuer SVP

A continuer SVP

dimanche 20 juin 2004, par Claude Cordier

J’attends de vous que ce texte prenne vie par vos plumes, c’est un road movie à la française mais sachez que la route est rude aux paresseux

Entre Flagstaff et Taos il y a long, mais le paysage est si beau qu’on pourrait mourir sur place et ne rien demander d’autre. Sauf que l’autre c’est l’âme de l’indien qui exige des épreuves. Arrivé à Santa Fé, je pris alla vista road. On me catalogua direct comme européen, chaussure cuir, veste en lin, lunette de presbyte adaptée au soleil. Santa Fé Nouveau Mexique c’est tout ce que nous aimons en Europe, les boutiques, la mode, l’artisanat, l’art, les maisons en bois ou en adobe, le respect de la nature, la musique et tout ce que nous détestons : le vent chaud, le manque d’oxygène, le désert. Sur Agua Fria j’osai manger french style chez « Encore Provence », cela n’avait rien à voir avec ce que cuisinait la mémé mais j’avais suivi un gars dont la poche arrière ne laissait rien augurer de bon. Fallait juste considérer qu’aux states il y a autant d’armes à feu que de chiottes, je n’y vis aucun mal jusqu’à ce qu’il me braque l’engin sur la tempe pour obtenir mon passeport français, j’étais face à un cow boy qui flashait sur Paris-France. Mourir à Santa fé c’était le top, ma fille aurait adoré. Il avait l’air si contrit que je lui lâchais la chose en échange de la sienne, nous bidouillâmes les papiers à pas d’heure, sa tête contre la mienne, pendant que Chris Réa démarrait The road to hell, je compris qu’il avait gagné la liberté et moi, la parole de l’indien.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette