Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Entre l’évier et le placard

Entre l’évier et le placard

vendredi 11 juin 2004, par Claude Cordier

Comment l’anorexie s’implante et tue.(suite à venir)

Elle est petite, si petite, on la croirait sortie d’un dessin animé, image plate, sans relief, joues rouges, tablier gris, quelque chose d’irrégulier dans la démarche. Tout se passe pour le moment entre la cuisinière et la porte de la cuisine. Elle guette tout ce que la dame en blouse rose jette, tout ce qui tombe du billot ou de la table recouverte de toile cirée à pois verts, puis elle ramasse, récupère à la hâte, comme une voleuse, bien que son comportement n’intéresse ni la dame en blouse ni qui que ce soit d’autre. Elle est si petite, semble transparente malgré son acharnement collecteur. Au soir, elle, si petite, sort du réduits emportant un seau en plastique vert, contenant des restes de légumes et d’autres choses. Elle erre ne sachant quoi en faire, on lui a demandé de les jeter, depuis qu’elle connaît ses origines elle ne supporte plus le mot « jeter », c’est simple elle ne peut même plus l’entendre, alors comment obéir à l’ordre de la dame régissante ? Quoique si elle a bien assimilé ce qu’on lui a dit au centre de placement, en aucune façon, même si elle a été adoptée, elle n’a été rejetée. C’est un peu ardu à concevoir, mais elle n’a pas le choix, il lui faut accepter ce que dit la dame régissante. La petite a une telle difficulté à jeter, qu’elle amasse dans son armoire les bouteilles vides, les cartons de gâteaux et autres récipients.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette