Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Route 66 à HM et Sirocco

Route 66 à HM et Sirocco

dimanche 23 mai 2004, par Claude Cordier

Henri le Michaux laissa passer les 12 chevaux de Chris.

De pile à face, il y a l’espace de ma tête, et le vent qui gonfle cette voile cousue par les dieux et moi sournoise tricoteuse de devenir. Ouvrez grand votre porte, vos bras, laissez les prendre leurs aises, assouvir leurs besoins, au point de ne plus être vous chez vous, de ne plus vous reconnaître, et puis doucement quittez la place où ils ne constatent même pas que vous n’êtes plus rien et partez vous ressourcer ailleurs, bien loin. HM me dit : lâche l’affaire personne ne t’entendra, « Qui laisse une trace, laisse une plaie ». Et moi folle attend le vent du sud. Prendre le vent, c’est prendre l’air, pensez à vous bien harnacher avant.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette