Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Démembrement avoué

Démembrement avoué

jeudi 20 mai 2004, par Claude Cordier

Henri Michaux dit : S’il y a du poil, il y aura de la chaleur, s’il y a de l’eau, il n’y aura pas de pattes. Moi je dis : Penser juste, c’est souvent penser droit et marcher en crabe.

Il n’y a pas de mal à se démembrer pour usage personnel. Il n’est pas bien, à contrario, de démembrer toute autre personne, par exemple une mouche qui ne l’a pas demandé. Mais se démembrer soi même, pour faciliter le sommeil par exemple, est utile. Si je garde mes deux bras pour dormir, je me réveille avec l’un des deux ankylosé, grouillant de fourmillements désagréables et incapable de le bouger. Handicap de taille quand il faut le matin être actif. Je dors allongée sur le côté, sur le dos j’ai l’impression de m’enterrer sous mon propre poids. J’ai toujours un bras qui repose sur l’autre inévitablement et qui le coince, bloquant la circulation. Je décidais donc de détacher un bras, de le poser sur la carpette et de m’allonger tranquille sur l’autre. Un soir sur deux, je changeais, bien sûr, de bras. Certains pourraient avoir besoin de détacher d’autres organes. Les femmes sportives de se débarrasser de leur poitrine, gain de poids,d’encombrement, pendant l’effort (vestiaire à étudier, les hommes, de leurs parties génitales pendantes, inesthétiques et gênantes dans certaines situations. On obtiendrait des êtres plats,lisses. Ce n’est pas pour rien que les êtres marins ont ligne pure, nageoires aquadynamiques, membre viril totalement rétractable, ce qui est encore plus pratique et décent que d’avoir à le déposer après usage(bien que certaines peuplades aiment à l’exhiber. D’autres pourraient déposer leur cerveau en entrant, surtout en cas de fort vent chaud venu du désert

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette