Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > L’ange 1 expérience

L’ange 1 expérience

vendredi 14 mai 2004, par Claude Cordier

La liberté est à chacun personnelle, le châtiment également.

Le loup entra dans la bergerie et dit : Faut tous les couvrir de cagoules, faut leur retirer la litière et ne point la changer, faut les tondre, faut pas les nourrir et les abreuver seulement s’ils bêlent longtemps, faut pas leur chanter une berceuse, faut les traiter comme des chiens ! Le chien dit au loup : Je vis libre sous mon collier, je bois, je mange à satiété et un petit me raconte des histoires le soir pour m’endormir. Le loup agacé reprit : Soit, faut pas les traiter comme des chiens, mais comme des hommes et la torture sera acceptable, les hommes ont fauté ils n’ont que ce qu’ils méritent. Les moutons, assistés du chien, firent face au loup et entonnèrent un chant si fort et si joyeux que le loup sortit de la bergerie et n’y revint plus. On dit même que certains chiens très revanchards, aidés de moutons aigris, poussèrent le loup en un ravin très profond dont il ne put sortir et qu’ensuite ils s’en réjouirent, et que certains dirent que les moutons et les chiens ne valaient pas mieux que les hommes et autres loups quand ils sont en situation dominante. L’ange baissa les bras et les ailes avec, il avait misé sur les moutons. Il verrait plus tard avec les fourmis.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette