Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > IRAK an 0

IRAK an 0

vendredi 14 mai 2004, par Claude Cordier

L’armée conditionne ses troupes, homme, femme, à tuer, torturer, blesser, génocider, et l’on s’étonne qu’il y ait des dérapages, cette armée que le citoyen paye sans rechigner est à son image

Fallait pas me pousser à bout J’étudiais la météorologie et surtout les tornades et intégrai l’armée, espérant y trouver un soutien, mais l’armée ne s’intéresse aux vents que lorsqu’ils détruisent. La bizarre tornade siégeait en Irak, on m’y envoya. Mon travail consistait en relevé d’empreindres digitales des prisonniers. On m’enseigna aussi les techniques pour obtenir des aveux : entraver le sommeil, lumière intense, musique à donf, placer le corps dans un espace réduit qui ne permet pas d’étendre les jambes, soumettre à l’immersion, et surtout dénuder et visage couvert faire subir au suspect attaché ce qu’il avait souvent fait subir à certaines femmes. C’est le top, les hommes conditionnés par des siècles de misogynie, humiliés par une femme, cèdent. Là, je le confesse, j’ai dérapé, au vu de ce corps sans âme, je lui ai mis un collier et une laisse comme à mon chien , ni plus ni moins, nous américains ne maltraitons pas nos chiens, surtout quand ils sont obéissants. Hitler aimait les chiens lui aussi.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette