Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > La dérive

La dérive

dimanche 11 avril 2004, par Claude Cordier

A mes petits Z et G perdus en ce monde comme moi même, pour qu’ils ne lâchent pas prise et continuent de parcourir la banquise par amour, juste pour cela c’est déjà bien.

Tu dérives gentiment Vers une impossibilité à vivre. Elle, de l’autre côté de la rive, T’appelle. Tu t’enfonces dans la boue De la honte et des regrets Etouffant ainsi la violence Qui te tient éveillé. Elle reste attentive au fil de l’eau De peur que tu ne te noies Et la fasse, aussi sec, Couler à pic.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette