Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Les drictractreurs 2

Les drictractreurs 2

mercredi 7 avril 2004, par Claude Cordier

Utopie politique Qui n’a jamais tenté de dire ce qu’il ne doit pas dire ? (on peut s’étouffer avec)

Ils disaient : nous nous attèlerons à l’entreprise d’extermination de la mièvrerie. A commencer par le tissu à pois rose, les petits bonheurs du jour, les cosy corners, les bonbons mous, le sirop pour la toux, les grandes pâtisseries Bengali, le bêlement du mouton (et sans doute le mouton). Nous continuerons par la luxure qui bien souvent l’accompagne. Pour cela il faudra forcer bien des portes, ce qui nous affligera, car les portes sont rigides et fortes donc respectables. Nous empêcherons la vision des gamines en tutu et des vieilles en chapeau avec cerises. Il faudra éradiquer les pelouses qui sont mièvres et luxuriantes. Nous couperons court aux berceuses et toute chanson d’amour. Nous nous opposerons aux matelas molasses et prônerons l’oreiller de bois, comme les égyptiens antiques. C’est cela, nous nous revendiquerons de l’antique qui permit toutes les déviances et nous laissa tant de signes culturels forts. Nous récupérerons ainsi des images fortes et éternelles comme nous. Ils le firent et personne ne s’en aperçu.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette