Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > La pt’ite encollée grave

La pt’ite encollée grave

samedi 18 décembre 2004, par Claude Cordier

Brésil, nordest, à Pierre DKR qui sait. Suite à reportage au sujet d’une tit’blonde de 10 ans et sa copine brune et la multitude de ces gamins dormant sous cartons et sous l’emprise de la colle si ce n’est pire.Mis au monde pour rien.

Ze suis perdue. Il faut que z’essaye de hurler sous les tunnels. Ze ne sais plus ce que je dois dire, la colle me monte à la tête et m’aide à voir le jour se lever et à courir, toujours courir, pour arracher le sac de la mémé, les lunettes de l’étranzère et ne pas me laisser prendre par l’ombre qui guette au coin de la ruelle, juste pour moi. Z’arrache et z’agresse, comme mes ancêtres cueilleurs zasseurs, et ze revend le tout à Polo le grand pour la colle qui me fait dormir et tenir. Ze dors sous des cartons et dès le réveil plaque la bouteille de coca pleine de colle sous le nez et la bouche, comme Manuela qui coince la choze sous son tee shirt pour que son monde soit imbibé en permanence. Ze suis flippée toute la journée ainsi ze ne suis rien qu’un corps de 10 ans qui balance entre vie et mort, zuste errante. Ze suis si petite et si grande à la fois, bientôt ange avant que bête prête à hurler sous le tunnel dont je ne zieute pas le bout, si sombre. La mer est à deux pas, si belle, le ciel si pur, les grands si joyeux, la fête au Brésil c’est tous les jours.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette