Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Plus gentil du tout

Plus gentil du tout

vendredi 15 octobre 2004, par Claude Cordier

le conditionnement ainsi orchestré fait que nous nous soumettons à des contraintes affectives et que l’heure venue nous ne sommes plus gentils du tout et que nous sommes enfin nous mêmes.

Plus gentils du tout Ils ne le seront plus. Le petit battu par papa pour déviance, L’aîné réduit à sa seule fonction d’assumer l’incompétence de la famille, La benjamine qui se souvient des vexations dues à son âge, Le mari aimant rejeté par l’épouse, La fifille qui se laissa dépérir pour ne pas avoir à affronter ce monde de méchants ? Ainsi, le petit, la sœur, la benjamine, le mari, la fifille projetteront un mur opaque vers les autres pour que jamais, jamais la gentillesse rime avec faiblesse. Ils ne seront plus jamais gentils et c’est grand dommage. Car si l’univers a besoin de quelque chose c’est bien de compassion.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette