Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Mémé arrête de tricoter 1

Mémé arrête de tricoter 1

dimanche 10 octobre 2004, par Claude Cordier

Je m’appelle Roger, le lapin, je filtre les espaces pour me trouver une maman. Les toons sont partout, comme de joyeux enfants.

C’est l’histoire d’un informaticien aguerri à toutes les chausses trappes du système, aux aguets du virus, sachant distinguer le spam du(du quoi ?), un combattant du juste combat de la libre expression du Net, alors que la presse est pourrie par l’argent, un chevalier des temps si modernes que dès que l’on pense futur on se propulse en 10200, de peur qu’un petit Jules Verne réinvente notre présent et qu’on n’y comprenne plus rien. La maman du héros tricotait, malgré son arthrose des chaussons en laine ridicules. Qui de nos jour oserait affubler un bébé de chaussons de laine avec nœud ? L’informaticien prit contact et communiqua librement avec un être de sa fratrie à l’autre bout du monde, joyeusement, sincèrement avec l’adresse idoine, qui lui répondit de même. Sur le Net tout va vite,la relation,l’information, l’échange. Bien plus vite que l’approche réel et c’est tant mieux, car il est si difficile de toucher l’autre quand il est trop près et que tout contact implique un investissement du cœurou des tripes. Le Net est asseptisé. La mémé tricotait toutefois en continu pour les autres au delà des mers. C’est l’histoire d’un Toon qui s’inventât une famille, une mémé tricoteuse, un cousin attentif, toute une lignée de juifs maltraités, ou dead, définitivement destroyed, à suivre..

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette