Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Les liens du sang

Les liens du sang

jeudi 7 octobre 2004, par Claude Cordier

Aux généalogistes : Rien ne compte que l’âme qui n’a que faire de l’enveloppe qui la contraint.

Et pourtant, les liens du sang, Et pourtant, la paternité, des enfants issus de notre sang et qui pourtant s’éloignent sans regret. Et pourtant, la fratrie, le frère adoré qui par mésalliance me rejette, et survit. Et pourtant, le cousinage, mais où vivent-ils donc ces cousins ? Notre inconnaissance est identique à la leur, en quoi sommes-nous proches ? Et pourtant, la grand mère du même nom, morte seule, sa lignée apprenant son décès par la presse. Et pourtant… Il reste le quotidien, car l’âme est éternelle mais vit au quotidien, le petit colombien de 5 ans adopté, la petiote brisée à 6 par le divorce et se raccrochant à ce nouveau papa, l’adolescent perturbé rejetant son géniteur et trouvant en le nouveau mari de sa génitrice un adulte compréhensif et bien plus proche de lui. Et pourtant, il y a les généalogistes qui s’entêtent à placer la valeur de l’existence humaine dans le fait qu’un gène en engendre un autre et que celui ci doit être redevable du premier. Certaines religions s’installent sur ce précepte et font de la lignée un ordre, où si l’on est « fils de »on obtient ses vertus, ses tares aussi ? On massacre au nom de cette lignée,comme absout par l’ancêtre. Et pourtant, si l’on disait que les vrais croyants sont ceux pour qui l’âme est éternelle, car si elle ne l’est pas, DIEU NON PLUS. Et si l’on disait que la liberté c’est la solitude de l’âme, passant d’une vie en l’autre, joyeuse, rédemptrice, attentive aux autres,et surtout,sans LIEN DE SANG.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette