Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > BOB l’éponge

BOB l’éponge

jeudi 28 juin 2007, par Claude Cordier

Le petit sonna à la porte de la Grand-Mémé, elle l’accueillit avec dans les bras une chose immonde et colorée, qui ressemblait à un matelas avec des membres jaunes et pourvu d’une cravate de lord anglais.

JPEG - 13 ko
Bob l’éponge

Le petit se jeta sur cette horreur, offerte par la voisine du dessus à la mémé cause encombrement, gagnée dans une foire par sa fille qui aurait préféré 10 Kg de sucre en morceaux. Le père, les grands parents, pourtant très aguerris des déviances de l’art moderne, à la vue de ce monstre inesthétique (il existe des monstres très beaux issus de cerveaux artistiques : Nosfératu, Alien, Bambi et Vituru le viturant…), retinrent poliment un hurlement d’effroi. Le père :nous n’avons plus la place de le loger, ta chambre est trop petite, tu le laisses chez Papy. Le Papy :nous n’en voulons pas non plus, déjà que tous les jouets remontés de la cave pour le petit encombrent tant notre chambre qu’on ne sait plus où marcher. De plus, émit la Mamy, il est trop laid, si la chose avait eu l’apparence d’un bel ours on aurait pu le caser dans la collection, là non. Le petit,en bon comédien piqua une crise aigu à base de pleurs, de hurlements (les voisins hou !), qui faillit plier le papy mais ébroua le père, qui devant sa grand-mère n’osa asséner la vérité crue : Ce truc est immonde, quelle mauvaise idée tu as eu de le récupérer ! Elle aurait répondu naïvement et gentille : c’était un cadeau de la voisine. Lors,le père cédant aux alarmes, le petit repartit avec Bob le laid et en fit un coussin, qui peu de temps après explosa en mille bulles made in China. Le sens de l’esthétique est culturel, mais souvent les enfants savent imposer leurs valeurs révolutionnaires.

28/06/2007

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette