Accueil du site > Les écrits de Claude Cordier > Les Fulgures de Claude Cordier > Morte née

Morte née

vendredi 15 juin 2007, par Claude Cordier

Ma fille a peint ce tableau que je retrouve en rangeant l’atelier.

Un bébé qui se ronge les mains et dont les yeux pleurent du sang. C’est ma fifille qui a peint cela, ma fifille à moi ? Moi qui ai toujours cherché des biais esthétiques pour ne pas hurler trop fort les désordres qui me rongent. Elle a osé, à l’âge tendre, montrer de manière directe le corps, le sang, la terreur, la souffrance de vivre, tout ce que j’enrobais de mysticisme. Je sais maintenant pourquoi j’ai transformé mes rages en images symboliques, pour que papa les accepte, mais il n’est plus là, et j’ai continué bien après sa mort comme s’il continuait de me juger. Je comprends aussi pourquoi elle n’eut pas à dissimuler, car elle provoquait un père obtus. Récemment, en peinture, j’ai dévié, j’ai renoncé à la rectitude, à la règle d’or des architectes, à la beauté sous critères, j’ai pris la tangente et ai divagué tous azimut, toutes couleurs dispersées, pour le bonheur des pinceaux. Ainsi j’ai rejoint ma fifille.

15/06/2007

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette